/**

*/


Emblem of the National Poudrerie 1793



Vers 1670, le long de l'Huveaune, fleuve côtier qui s'écoule de la montagne de la Sainte Beaume jusqu'à Marseille, de nombreux martinets à poudre sont édifiés sur le territoire d'Aubagne afin de fabriquer de la poudre noire pour les armées terrestres et navales du roi Louis XIV.

Mais le débit de l'Huveaune et faible et irrégulier et quand les agriculteurs arrosent leurs champs, le débit des martinets à poudre est grandement perturbé.

Sous la pression exercée par Monsieur de Rouvre, Intendant de la Marine, le comte de Grignan, lieutenant Général au gouvernement de Provence, rédige une ordonnance qui interdit aux aubagnais l'usage des eaux pendant toute la semaine, hormis le dimanche, pour arroser.

Cette nouvelle est une catastrophe pour tous ceux qui vivent de la terre car face aux chaleurs caniculaires, les cultures ne peuvent se pratiquer sans arrosage.

Jean Antoine Deydier, officier au régiment de Champagne, grand propriétaire et consul d'Aubagne, se rend auprès de Monsieur de Grignan pour plaider sa cause et celle de ses concitoyens et demander l'abrogation de son ordonnance. Le lieutenant Général reconnaît le bien-fondé de cette demande mais ne peut y répondre favorablement car le besoin en poudre noire prime sur les le bien être de la population.

Mais Monsieur Deydier s'obstine. Il fait plusieurs fois le voyage jusqu'à Toulon pour demander à Monsieur Rouvre que l'eau soit rendue aux aubagnais. Un jour, excédé, De Rouvre lui demande de lui proposer un moyen d'augmenter le débit de la rivière ou de trouver un endroit plus adapté à l'établissement des martinets.

Monsieur Deydier connaît la Provence dans ses moindres recoins. Il trouve des arguments pertinents pour démontrer que la commune de Saint Chamas est le lieu idéal. Il y passe le canal des Moulins, construit en 1670, qui se jette dans l'étang de Berre avec un débit beaucoup plus important. Les martinets pourraient être édifiés près du rivage, au pied de la colline et n'incommoderaient personne.

L'Intendant de la Marine fait visiter le site proposé qui est propice à la mise en place de ce projet. Les propositions de transfert sont faites au roi qui l'accepte. Par un acte de 1690, la sur verse du canal des Moulins est vendue au roi pour s'en servir au travail de martinet à poudre.
C'est ainsi qu'est née la poudrerie royale de Saint Chamas…

Info général

Gestionnaire :
Syndicat Intercommunal de l’Ancienne Poudrerie,
réunissant Miramas et Saint-Chamas (SI.AN.POU.)
_________________

Objectif de gestion :
Protection des richesses écologiques et historiques du site face à une forte demande pour l’ouverture à un large public.
___________________

Renseignements :
Tél/fax 04.90.58.27.93
du lundi au vendredi
de 6h30 à 13h30
___________________

Ouvert au public :
Du lundi au vendredi
de 7h00 à 12h00

juillet et août
___________________

Adresse :
1510 route de Saint-chamas
13140 Miramas

 

 

 

 

Connexion